Bonjour et bienvenue sur mon blog littéraire. Vous y trouverez mes lectures. En espérant que certaines vous donnent envie... N'hésitez pas à laisser un commentaire...
Retrouvez-moi aussi sur Bouquin Mystère mon autre blog.

31 mars 2011

Les lois de l'attraction de Ellis Bret Easton

Le roman se déroule dans un campus universitaire du New Hampshire au milieu des années 80. Les principaux personnages (Sean, Lauren, Paul, Victor…) sont des fils et filles à papa insouciants dont les seules distractions sont les excès en tous genres. Les études, elles, passent évidemment au second plan.

Tout comme dans « Moins que zéro » sexe, drogue, alcool et rock des années 80 sont les thèmes de ce livre. Mais cette fois-ci, c’est à travers non plus un seul narrateur mais plusieurs que Bret Easton Ellis nous brosse le tableau de cette jeunesse qui se livre sans commune mesure à cette vie de débauche. Les faits sont relatés tels qu’ils ont été perçus par chacun et ce dans une écriture toujours aussi crue, vulgaire qui n’est en réalité que le reflet même du langage utilisé par les différents protagonistes. D’un certain point de vue ce livre peut être intéressant. Cependant mon souci est cette impression de « déjà lu » qui provoque en moi une overdose.

*****

Publié chez 10/18 (N°2113) en 2000
Titre original : The rules of attraction
Traduit de l’anglais par Brice Matthieussent
Code ISBN : 9782264013569


27 septembre 2010

Moins que zéro de Bret Easton Ellis

Clay, 18 ans, est étudiant dans le New Hampshire. Il rentre chez lui à Los Angeles pour les vacances de Noël. Il y retrouve une bande d’amis avec lesquels pendant un mois pour tromper l’ennui, il va passer son temps à faire la fête, boire, se droguer ou accessoirement perfectionner son bronzage. De bitures au champagne aux rails de cocaïne, le lecteur suit au grée des pages l’errance d’une génération dorée dont l’existence semble totalement vide de sens.

A l’âge où certains jeunes ont seulement envie d’expérimenter de nouvelles sensations, de braver des interdits, les personnages de cette histoire donnent eux en plus l’impression de vouloir fuir par des moyens superficiels ou artificiels la monotonie d’une vie bourgeoise trop tranquille et d’un destin tracé d’avance. Quoiqu’ils fassent ils ont l’air désabusé, blasé. Les dialogues - sans doute volontairement - pauvres et dépouillés restituent d’ailleurs assez bien ce sentiment de désenchantement. Très présente aussi dans ce roman, la musique des années 80 ravivera bien des souvenirs chez les quadragénaires.

*******

Publié chez 10/18 (N°1914) en 1993
Titre original : Less than zero
Traduit de l’anglais par Brice Matthieussent
Code ISBN : 9782264010957

Outrage public à la pudeur de Tom Sharpe

Le lieutenant Verkamp est chargé d’enquêter sur d’éventuelles liaisons entre les officiers de police et les femmes bantoues. Comme il soupçonne le commandant Van Heerden d’être coupable de mauvaises mœurs, il décide de le mettre sur écoute. Mais la pose de micros tourne au fiasco et la maison se retrouve sens dessus dessous. Pour explication, il accuse des saboteurs communistes d’être à l’origine de cet acte. Tandis que Van Heerden se lie d’amitié avec Mrs Heathcote-Kilcoon, une Anglaise, Verkamp continue sa chasse aux pervers avec l’aide du docteur Von Blimenstein qui lui garantit qu’après leur avoir administré un traitement de choc pendant une semaine, les coupables ne seraient plus tentés.

Des policiers qui deviennent homosexuels, une doctoresse aux méthodes thérapeutiques peu orthodoxes, des Anglais nostalgiques d’un passé colonial révolu et qui vouent une haine féroce aux Boers, des pseudo-terroristes qui font exploser des autruches, autant de personnages haut en couleur ( !?) qui enchaînent les situations cocasses. Il va sans dire que ce deuxième opus est tout aussi déjanté et politiquement incorrect que le premier. Une fois encore, j’ai passé un moment de pur délire car ce que j’aime avant tout chez Tom Sharpe, c’est que tout prend très vite des proportions démesurées. Une opération aussi insignifiante soit elle (comme par exemple la pose de micros dans une maison) suffit à engendrer une cascade de bévues et de malentendus. Mais heureusement tout finit par rentrer dans l’ordre à la fin.

*******

Publié chez 10/18 (N°2075)
Titre original : Indecent exposure
Traduit de l’anglais par François Dupuigrenet-Desroussilles
Code ISBN : 9782264044297

Eternalis de Raymond Khoury

Evelyn Bishop est de nos jours enseignante à l’université de Beyrouth. Mais il y a vingt ans, elle travaillait sur des fouilles en Irak où elle avait croisé Farouk, un marchand d’antiquités. Après toutes ses années, voilà que celui-ci réapparaît avec un polaroïd représentant un codex avec pour motif un ouroboros. Ce serpent qui se mord la queue est le symbole même de l’éternité. Evelyn, intéressée par cet ouvrage ancien qui renfermerait un secret qui changerait l’histoire de l’humanité est alors enlevée sous les yeux de sa fille Mia par les hommes du Hakim. Celle-ci avec l’aide de Jim Corben, un agent de la CIA se lance à sa recherche.

Plongée au cœur d’un Moyen Orient en pleine guerre, l’histoire revisite pour la énième fois le thème de l’éternité. Les multiples scènes d’action, de rebondissements et de courses poursuite éperdues donnent à ce roman un rythme très effréné. Le lecteur n’a pas vraiment le temps de respirer sauf à la fin lorsque les protagonistes trouvent ce qu’ils recherchaient. C’est bien mené. J’émettrai juste un petit bémol : le dénouement qui nous propulse dans le domaine du surnaturel m’a un peu exaspérée.

*******

Publié chez Pocket en 2009
Titre original : Eternalis
Traduit de l’anglais par
Code ISBN : 9782266193399

Tout est sous contrôle de Hugh Laurie

Lors d’un déplacement en Hollande, Thomas Lang, un ancien militaire au service de sa Royale Majesté âgé de 36 ans, se voit proposer une grosse somme d’argent pour assassiner un certain M. Wolf, PDG de la société américaine Gaine Parker. Mais plutôt que d’accepter et d’exécuter sans broncher ce mirobolant contrat, il refuse poliment et décide même d’en aviser la future victime. Bien mal lui en prend car le voilà embarqué bien malgré lui dans une histoire sordide de vente d’armes et de terroristes. Il se retrouve ainsi infiltré dans une organisation dénommée le Glaive de la Justice.

Inconditionnelle de la série Dr. House, je n’ai pas pu m’empêcher évidement de comparer l’irrévérencieux et détestable médecin avec Thomas Lang. Et je dois avouer que la ressemblance entre les deux personnages est assez frappante. Ils ont le même humour cynique, aiment la moto et ont mal à un genou. De là à les confondre, il n’y a en effet qu’un pas. Moi-même il est vrai que parfois j’ai eu l’impression d’entendre parler House, de voir les mimiques qui le caractérisent si bien. Vous savez genre : haussement de sourcil dubitatif, yeux grandement écarquillés et faussement étonnés, moue boudeuse ou encore rictus aux coins des lèvres. Sans nul doute Hugh Laurie se sera-t-il fortement inspiré de Thomas Lang pour créer par la suite Gregory House. En tous les cas, hormis ce petit « inconvénient », moi j’ai tout simplement adoré le ton plein de verve de ce livre. Et peu importe si quelques fois l’intrigue nous embrouille un peu.

*******

Publié chez Points
Titre original : The gun seller
Traduit de l’anglais par Jean-Luc Piningre
Code ISBN : 9782757814123

Six pieds sous terre de Ray French

A Crindau, Jim Richter, le PDG de Sunny Jim Electronics a annoncé la délocalisation de la production de son entreprise en Inde. C’est un gros coup dur pour cette petite ville industrielle du Pays de Galles surtout lorsque les ouvriers apprennent que Jim Richter a touché une prime de 750000 livres pour ça. Aidan Walsh, décide alors en signe de contestation de s’enterrer dans son jardin. Mais si l’idée semble au départ originale et que son action fait très vite le tour de l’Angleterre, la vie dans un cercueil composé à 100% de carton recyclé n’est pas toujours très facile. Et puis il faudra bien songer un jour à en sortir mais tant que Sunny Jim ne cèdera pas, la partie ne s’annonce pas gagnée. Alors Dylan propose à son père de se présenter aux élections pour devenir député européen. Là non plus ce n’est pas gagné car même si son adversaire considère Crindau comme un petit patelin paumé, lui au moins connait le monde cruel de la politique et est aguerri aux questions économiques.

C’est l’histoire d’un brave type qui a envie de se battre pour son emploi et qui trouve une idée insolite pour se faire entendre. Malheureusement très vite il est un peu dépassé par la médiatisation des évènements et se laisse malgré lui manipuler par son propre fils qui ne voit là qu’une opportunité de se faire connaître. D’autres aussi vont profiter de la situation pour faire du business sur son dos. Dans cette comédie satirique à la Ken Loach, le lecteur rit beaucoup. La scène par exemple où il mange une tourte à la viande est vraiment hilarante. Mais il est aussi hélas confronté à des problèmes sociaux beaucoup plus essentiels. La situation brossée dans le livre (écrit en 2007) n’est pas sans rappeler celle vécue en France ces derniers temps. Pour ma part je trouve franchement un peu dommage que des salariés soient contraints d’en arriver à des solutions extrêmes comme tout saccager ou prendre les dirigeants en otage. A noter la citation de Margaret Thatcher en début de roman : « Un homme de vingt six ans qui prend encore le bus peut considérer sa vie comme un échec. » Cela ne vous rappelle-t-il rien ?


*****

Publié chez 10/18 (N°4262) en 2009
Titre original : Six feet under
Traduit de l’anglais par Carine Chichereau
Code ISBN : 9782264049285

Le mystère de la chambre bleue de Jean d’Aillagon

Des lettres écrites par Cinq-Mars à Marion Delorme et dans lesquelles il se moque ouvertement du roi, de Richelieu et de Marie de Gonzague ont été dérobées par le duc de Vendôme. Mais après l’échec d’un complot ses biens sont confisqués et le livre dans lequel les fameuses lettres ont été cachées finit par atterrir dans les mains de la marquise de Rambouillet. Louis de Fronsac, notaire de son état, décide, après les avoir récupérées, de les remettre à Mazarin. Accompagné de Julie de Vivonne, il part pour Narbonne. Cependant le voyage s’annonce des plus dangereux.

Ce roman présente plusieurs attraits. Tout d’abord du point de vue historique, il est très bien documenté et le lecteur apprend beaucoup de choses sur Louis XIII et sa cour ainsi que sur les complots en tous genres qui étaient monnaie courante à cette époque. La vie aussi bien bourgeoise que miséreuse dans le Paris du XVIIè siècle y est très bien décrite et l’introduction de héros fictifs auprès de personnages connus est plutôt réussie. Le héros Louis de Fronsac est quant à lui très attachant. Malheureusement l’intrigue policière est un peu légère et manque de substance. Je reprocherai aussi à l’auteur un style un peu trop didactique et déplorerai sa façon d’interpeler le lecteur. Mais dans l’ensemble ce roman est un très bon divertissement.

*******

Publié chez Le Masque
Code ISBN : 9782702497760